Accueil / Interventions en session / Maitrise d’ouvrage régionale sur la restructuration du terminal ferry de Saint-Malo : intervention de Stéphane Perrin

Maitrise d’ouvrage régionale sur la restructuration du terminal ferry de Saint-Malo : intervention de Stéphane Perrin

Monsieur le Président,

Cette délibération constitue un moment important pour la Bretagne et pour Saint-Malo. Par cette proposition, vous nous proposez que notre collectivité engage un plan ambitieux pour développer ce port.

Il ne faut pas le cacher : la position de la Région de mettre fin à la procédure de délégation de service public pour la relancer à susciter de l’inquiétude à Saint-Malo, chez les acteurs et les salariés du port. Cette inquiétude est légitime. Elle s’explique au fond et pour une bonne part par le fait que pour la première fois depuis 1957, la relation entre l’autorité portuaire (la Région depuis 2007) et le concessionnaire est complètement remise à plat.

La Région Bretagne n’avait pas attendu le terme de cette concession très ancienne pour se mobiliser. Elle a consacré en 10 ans cinq fois plus d’argent que ne le faisait l’Etat aux investissements aux trois ports dont elle est devenue dépositaire soit 33 millions d’euros pour le seul port de Saint-Malo.

Mais nous avons aujourd’hui une occasion unique d’inscrire pleinement le port de Saint-Malo comme pilier du destin maritime de la Bretagne, qu’il s’agisse du trafic passagers, des marchandises, de la pêche, de la plaisance sans oublier la grande course à quelques jours du départ de la Route du Rhum qui fêtera ses 40 ans.

S’agissant du terminal ferries, l’enjeu est celui de l’attractivité de la Bretagne. Les infrastructures sont aujourd’hui vieillissantes et n’offrent plus des conditions acceptables pour l’accueil des touristes, qu’il s’agisse du trafic transmanche, vers les îles anglo-normandes ou de l’accueil des bateaux de croisières mais aussi du trafic roulier.

L’enjeu est celui de la sécurité maritime, des conditions de travail des personnels portuaires mais aussi de l’image de la Bretagne pour les nombreux visiteurs accueillis par ce point d’entrée de notre Région.

S’ajoute l’enjeu du Brexit. Alors que les conditions de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne ne sont toujours pas connues, on ne peut exclure à l’avenir que les opérations de contrôle des personnes et des marchandises rendent nécessaires la mobilisation d’espaces plus importants. Dans un espace très contraint comme le port de Saint-Malo, ce sujet peut représenter une réelle difficulté.

Cette question intéresse le gouvernement qui doit envisager de repositionner des moyens humains et matériels de contrôle. Elle concerne aussi la Région qui devra rapidement, sur les trois ports de la côté nord, se projeter dans une nouvelle organisation des flux.

En reprenant en maîtrise d’ouvrage unifiée la modernisation du terminal ferry du Naye, la Région Bretagne se donne en tout cas les moyens de traduire concrètement ses ambitions pour le port de Saint-Malo.

Un des effets importants de cette décision est aussi de recentrer la procédure de délégation de service publique sur le port de commerce et la pêche. Or les attentes sont là aussi considérables qu’elles émanent des usagers ou des salariés du port.

L’enjeu est là encore de donner à un port dont le trafic est malheureusement en diminution des perspectives de développement.

En sortant de la concession la réalisation du terminal ferry, le délégataire va pouvoir se concentrer dès le début de la période d’exécution du contrat sur la réalisation des investissements indispensables à ce développement.

Cette attente n’est d’ailleurs pas seulement celle des acteurs portuaires. A la performance économique et sociale du port s’ajoute celle de sa performance environnementale.

Le port de Saint-Malo est situé au cœur de la ville. C’est une chance pour l’image de cette ville. Cela nous impose également d’être exigeants quant à la qualité des installations du port en terme de protection de l’environnement. Les habitants de Saint-Malo attendent des améliorations de ce point de vue.

Il nous faudra donc être ambitieux dans cette nouvelle procédure sur la performance environnementale comme nous l’avons été dans la précédente.

C’est aussi un enjeu de développement du port car celui-ci dépend pour une bonne part de l’acceptabilité des activités portuaires par la population.

Cette question de l’acceptabilité est ainsi intimement liée à la vision que nous avons de notre territoire. Souhaitons-nous que Saint-Malo reste une grande place portuaire générant de l’activité économique et donc de l’emploi ? Ou faut-il nous résigner à ce que Saint-Malo devienne une Breizh Riviera ? Je suis convaincu que la clé réside dans le développement du port.

Ceci nous amènera d’ailleurs à traiter d’autres sujets liés à la compatibilité du développement du port et celui de la ville. Vous aviez, Monsieur le Président, exprimé le souhait que, dans tous nos ports, le travail soit conduit en commun avec les municipalités pour que ce développement soit harmonieux.

Déjà des études conjointes sont menées à Saint-Malo. Ce sera pour la ville un sujet pour l’élaboration de son plan local d’urbanisme. Mais au-delà du périmètre strict du port se posera la question de sa desserte routière et ferroviaire.

Ce port est une chance pour le pays de Saint-Malo et pour la Bretagne. Il ne tient qu’à nous, élus municipaux et régionaux, acteurs économiques d’en développer toutes les potentialités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *