Accueil / Interventions en session / Session des 15-16-17 février 2018 – Intervention de Sylvie Argat-Bouriot sur la question de la formation

Session des 15-16-17 février 2018 – Intervention de Sylvie Argat-Bouriot sur la question de la formation

Monsieur le Président,

Mes chers collègues,

Dès le début de la mandature, notre collectivité a souhaité faire de l’emploi une priorité. La mise en place d’une politique de formation efficace en lien étroit avec une action économique forte constitue un levier essentiel de lutte contre le chômage.

C’est dans cet esprit que le budget 2018  dédié à l’éducation et à la formation mobilise près de la moitié du budget régional, soit 643 millions d’euros dont  plus de 185 millions seront destinés à la formation professionnelle.

Cet effort marque notre volonté politique d’œuvrer pour lutter activement contre le chômage et pour améliorer le niveau de qualification des bretonnes et des bretons.

Nous le savons tous ici, le renforcement de l’accès à la qualification représente un enjeu fondamental. Et ce renforcement doit se faire en cohérence avec, non seulement les besoins de nos entreprises et mais aussi avec les objectifs stratégiques de développement identifiés dans nos différents schémas régionaux.  En effet, l’anticipation des mutations économiques, l’évolution des métiers et donc des compétences, devient un objectif majeur.

A ce titre, le Contrat de Plan Régional de Développement de l’Orientation et de la Formation Professionnelle, adopté par notre assemblée en juin dernier, constitue le cadre de référence de l’action régionale en matière de formation professionnelle et d’accompagnement vers et dans l’emploi. Rappelons que ce contrat s’articule autour de deux orientations essentielles, à savoir :

  • le parcours personnalisé de qualification et la montée en compétence via la formation,
  • la prise en compte de la révolution numérique dans tous les domaines.

Nous sommes conscient que l’offre de formation doit être soutenue par un service public régional de l’orientation et de l’évolution professionnelle de qualité, pour assurer son efficacité.

Cela suppose donc une bonne connaissance par les acteurs du SPRO-EP de l’ensemble des formations existantes sur notre territoire. Dans cette optique, le GREF à développer une plateforme numérique, appelée CLEOR.

Cette plateforme recense l’ensemble des offres de formations professionnelles disponibles et actualisées. Mais elle va plus loin puisqu’elle renseigne également, pour chaque métier, la liste des entreprises concernées avec une représentation géographique de leur lieu d’implantation. Ce lien permet donc d’améliorer la relation formation-emploi pour une orientation professionnelle avisée, objectif du programme 301.

En complément des programmes régionaux de formations sanitaires et sociales et du plan Breton de formation, la Région apporte une réponse adaptée pour les publics les plus fragiles, à savoir, pour n’en citer que quelques-uns :

  • les jeunes décrocheurs, sortis du système scolaire sans qualification,
  • les demandeurs d’emploi de longue durée,
  • les jeunes sous-mains de justice.

La région répond ainsi à un des axes du plan d’investissement Compétence proposé par l’Etat  et justifie les 22 millions d’euros complémentaires qui lui sont attribués.

A nouveau, environ 5000 offres de formations supplémentaires seront donc proposées en 2018, aux publics les plus fragiles pour faciliter leur insertion dans et vers l’emploi sur le modèle des plans de mobilisation pour l’emploi initiés en 2016.

Les actions porteront également sur l’amélioration du Dispositif Régional d’Insertion Professionnelle.

Ce dispositif est nécessaire aux personnes éloignées de l’emploi. Pour ces préparations à l’insertion, nous devons mobiliser des équipes pluridisciplinaires, dépassant le cadre des formations traditionnelles.

Les retours d’informations sur les Actions Territoriales Expérimentales nous permettent de souligner que la qualité de l’accompagnement ressort comme un élément principal de la réussite de leur parcours professionnel. En effet, le niveau d’abandon est fortement lié au déficit de construction du parcours et d’accompagnement.

Nous souhaitons donc une réelle personnalisation de l’accompagnement pour construire un parcours adapté, gérer les temps d’interruption entre emploi et formation, valoriser la progression et la montée en compétence, sécuriser financièrement le retour à l’emploi. Ces éléments seront certainement pris en compte dans l’évolution de notre Dispositif Régional d’Insertion Professionnel.n

Enfin, couplé avec une offre de formation adaptée, le développement de la modularisation et de la performance des moyens de formations sont autant d’actions convergentes pour assurer une montée en compétences des bretonnes et des bretons pour une Bretagne dynamique.

À voir aussi !

Session Plénière du 23 juin 2017 : Intervention de Sylvie Argat-Bouriot concernant le CPRDFOP

Monsieur le Président, Mes chers collègues Permettez-moi de saluer notre Vice-Présidente, Georgette BREARD, pour l’organisation …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *